Giulia 1
Giulia Entretiens 1

Giulia Perlasca

Chargée de relations artistiques et commerciales chez rentingART

 

 

GIULIA, QUE SERAIT LE MONDE SANS L’ART ?

 

Vide. Beaucoup moins poétique, trop rationnel, en manque de passion. Sans l’art nous n’aurions même pas les mots pour expliquer ce qui nous plait, ce qui nous touche.

Ce que j’aime dans une œuvre c’est le fait qu’elle me dérange. Pour moi l’art doit engendrer une sorte de bouleversement émotif, mais pas forcément négatif. De nombreuses œuvres d’art m’inspirent, mais la Deposizione dalla croce de Pontormo fait partie des œuvres que je préfère, même si je travaille dans l’art contemporain. Le tableau est gigantesque et les couleurs sont incroyables, le vert, le jaune, le rose, l’azur sont très clairs, presque fluo. A l’époque, ces couleurs si froides n’étaient pas utilisées. Pontormo arrive après Michel-Ange, il a étudié avec Andrea del Sarto et d’autres peintres de la période du maniérisme, c’était un personnage très particulier. Il fait le choix d’une atmosphère glaciale pour représenter la mort du Christ, tout est figé parce que les couleurs ne sont pas naturelles. C’est beau, ça me dérange, ça signifie quelque chose. Les gens aiment généralement le fait que l’art fasse rêver, que les œuvres transmettent des sentiments positifs, mais je trouve qu’il n’y a pas que cela.