Anais 1
Anaïs 2-1

Anaïs Montevecchi

Fondatrice des Galeries pour tous

 

 

ANAÏS, QUE SERAIT LE MONDE SANS L’ART ?

 

Ennuyeux. Sans les artistes le monde serait monotone, triste. Ils sont là pour nous bousculer.

Je me souviens d’une exposition de Christian Boltanski qui m’avait particulièrement bouleversée…C’était d’ailleurs la première fois que je ressentais une telle émotion face aux oeuvres, j’ai eu l’impression de « vivre » ses installations. Je suis passionnée par l’art. Il m’arrive parfois d’être émue jusqu’aux larmes face à des monochromes. Mais j’aime aussi l’art qui me faire rire, les calembours, les jeux de mots absurdes…Les artistes me font voir les choses sous une autre perspective. J’ai besoin d’aller voir des expositions de la même façon que j’ai besoin de voir de bons films ou d’avoir de belles discussions. Pour moi cela forme un tout qui me fait réfléchir, me fait avancer et qui me constitue, telle que je suis aujourd’hui.